Actualités départementales

2 septembre 2020

CTSD 34 du 2 septembre 2020

Déclaration liminaire

Monsieur le Directeur Académique, Mesdames et Messieurs les membres du CTSD

 

Je voudrais transmettre les frustrations et déceptions des collègues qui ont découvert les masques que l’administration leur a fournis : des masques en tissu lavables. Quiconque a déjà passé plus d’une heure avec un masque en tissu ou un masque jetable, peut se prononcer sur le confort d’usage des deux. En termes de respirabilité, de maintien au sec et de confort thermique, le masque en tissu sera bien moins supportable. Parler au groupe, se déplacer, parler à un élève, dans des classes parfois très chaudes, requiert un équipement de meilleur niveau que celui-ci.

 

Nous considérons donc que l’équipement de protection fourni ne prend pas en compte les contraintes de notre métier et que le choix des masques en tissu nuira considérablement aux conditions de travail, d’autant que le masque ne peut être enlevé pendant les récréations.

 

De plus, le nombre de masques fournis est, la plupart du temps, insuffisant. Dans la plupart des cas qui nous ont été remontés, 3 masques ont été donnés aux collègues. Cela suppose donc un lavage et un séchage tous les jours, à condition de disposer d’un sèche-linge, à moins d’alterner avec les masques personnels, ce qui n’est pas acceptable. Les moyens de protection fournis par l’employeur ne sont pas au niveau.

 

 

Nous attendons toujours des précisions à propos des congés maladie si l’on est cas contact ou si on présente de légers symptômes qui nous imposeraient une journée de carence sans être malade.

 

En ce qui concerne le recrutement de contractuels, nous regrettons cet état de fait et espérons que cette pratique n’est pas vouée à s’installer.

 

 

En cette rentrée particulière, je voudrais également exprimer l’ambivalence des sentiments de nos collègues du premier degré.

 

Il y a à la fois une appréhension devant cette reprise épidémique, devant cette incertitude quant au degré de contagiosité des élèves et quant au risque de contamination dans les endroits clos et peuplés que sont les classes.

 

Mais il y a surtout une envie de surmonter tout cela et d’être présent pour remplir la belle et indispensable mission qui nous est confiée. Enseigner est un métier qui a du sens et celui-ci s’exprime pleinement à l’heure où le niveau a souffert de la fin d’année dernière. Les inégalités se sont creusées et des élèves ont vécu des situations familiales compliquées. Il était urgent de reprendre, tant la tâche s’annonce ardue, mais il eût été appréciable que certaines précisions nous soient transmises plus tôt.

 

Merci de votre attention.

 

Patrick Ruiz, pour le SNE Occitanie

 

 

Compte-rendu

Réaction du DASEN aux déclarations liminaires des organisations syndicales

 

Généralités

Il y a pour le DASEN, une volonté collective de reprendre, de l'enthousiasme. Il a le sentiment que les craintes étaient déjà moindres chez les enseignants en fin de journée.

Il y a eu selon lui, chez les familles et les enseignants, une évolution de l’attitude.

Il y a eu quelques cas avérés (très rares) et de nombreux cas contacts (contacts extérieurs à l’école) de covid-19, il y en aura d’autres.

 

Au sujet des masques

Dans sa déclaration liminaire, le SNE a dénoncé l’inadaptation des masques en tissu fournis ainsi que leur trop faible nombre.

Le DASEN indique que ce n’est pas un sujet car la protection est assurée et les masques sont homologués. Le SNE rappelle qu’il ne critique pas l’aspect protecteur mais confortable du masque, inadapté à notre métier. Le DASEN indique qu’il est possible de modifier les pratiques. Le SNE demande s’il est question d’arrêter de parler ?

Le DASEN argumente sur le fait que les chirurgiens, par exemple, gardent des masques de longues heures et qu’ils s’habituent. Le SNE fait justement remarquer qu’ils utilisent des masques jetables.

Le DASEN indique que certains collègues sont satisfaits des masques.

C’est le ministère qui organise la livraison directement dans les circonscriptions. Un nouveau réapprovisionnement de masques en tissu devrait avoir lieu pour les vacances de Printemps.

Pour les personnels vulnérables, des masques de type 2 sont à demander aux circonscriptions sur présentation d’un certificat médical.

 

Pour le SNE, les cafouillages sont évidents dans la distribution des masques puisque selon les circonscriptions, le nombre de masques par enseignant diffère. Certains (notamment TRZIL ou Brigade) n’en ont tout simplement pas eu. Il eût été appréciable qu’au moins l’administration reconnaisse des erreurs. Quant au type de masque, il ne correspond pas du tout aux contraintes de notre métier, comme nous l’avons développé dans notre déclaration liminaire. Les réponses du DASEN ne sont absolument pas satisfaisantes.

 

Instruction dans les familles :

Le DASEN s’inquiète du nombre de demandes d’instructions dans les familles. Les maires ont été sensibilisés pour que les enquêtes soient lancées le plus vite possible, ainsi que les IEN.

 

Carte scolaire

Les ouvertures se font de manière provisoire, elles peuvent ou non être confirmées pour l’an prochain.

 

Ouvertures

Primaires et élémentaires

Elémentaire Daviler à Montpellier 

Condorcet élementaire à Jacou

Maraussan élementaire

Cournonteral

Baissette à Restinclières

Les Escholiers à Saint Jean de Védas

La Saladelle élémentaire à Candillargues 

Bessan

Vendemian primaire

Les Baladets à Lattes

 

 

Maternelles :

Saint-Brès

Robinson à Balaruc-les Bains 

Ponsy à Grabels

Les termes à Lunel-Viel

 

 

Fermetures :

Malraux à Montpellier

La Fontaine à Montpellier.

Louise Michelle (maternelle) à Saint-Jean-de-Védas

Pierre et Marie Curie à Palavas

Fermeture d’école à Sète Maternelle Colbert

 

Au final, 14 ouvertures (10 élem, 4 mater), 4 fermetures. Donc 10 postes créés. Il en restait 4, donc 6 postes seront ponctionnés sur les moyens de remplacements.

 

Des contractuels seront recrutés, tous titulaires d’un MASTER, tous engagés sur du MEEF (5700 supports dans le département). 

Le SNE est fermement opposé au recrutement de contractuels dans notre profession. Quelle que soit leur sélection, quel que soit leur niveau d’études, notre métier mérite une formation adéquate et une sélection plus rigoureuse qu’un entretien et un contrôle du dossier.

 

 

Informations issues des questions diverses  

 

35 contractuels ont été recrutés sur le 1er degré.

Il ne reste pas de postes vacants.

1935 élèves sont notifiés ULIS, 176 sont en attente.

5819 élèves sont notifiés aide humaine, 420 sont en attente. Il va y avoir des recrutements d’AESH. Sur les recrutements de cet été, il y a eu des désistements. 2556 contrats sont signés.

Il n’y a pas eu de refus de titularisation ni de licenciement de PES l’an dernier.

Refus de donner les 2 demi-journées supplémentaires de rentrée au choix des équipes, elles restent sous pilotage des IEN.

Il y a eu 24 lieux (écoles, collèges, lycées) vacances apprenantes : 1400 élèves, surtout du 1er degré, 200 personnels investis (hors stages de réussite).

380 stages de réussite ont eu lieu pour 2206 élèves du CP au CM2 (5-6 élèves par groupe). 22% CP,21% CE1, 16% CE2,21%CM1, 22% CM2.

Réunion de parents : le ministre a évoqué moins de 10 personnes, qu’en est-il dans le département ?

Bon sens et pragmatisme selon les locaux.

Patrick Ruiz

Elu CTSD-CDEN SNE Occitanie 
 

© 2020 Syndicat National des Ecoles Section Occitanie (11, 30, 34, 48, 66)  - Directeur de la publication : Matthieu Verdier, secrétaire académique

 

Contact SNE Occitanie : Matthieu Verdier 06 64 92 73 97 - Pour contacter les délégués du SNE Occitanie : cliquez ici

6 lotissement l'Hortdejan 34480 PUISSALICON                                           sne.occitanie@gmail.com

facebook.png