30 septembre 2021

Problème de paye
Septembre 2021

Le SNE a été interpellé sur 2 dysfonctionnements "paye" par des collègues. Ces dysfonctionnements ont pu mettre certains de ces enseignants dans des situations plus que difficiles.


Le SNE a écrit à la division des personnels de l’Hérault pour lui faire part de notre mécontentement.

Madame la cheffe de service


Par la présente, nous souhaitons vous interpeller sur 2 dysfonctionnements "paye" de vos services. Ces dysfonctionnements ont pu mettre certains enseignants dans des situations plus que difficiles.


1. Paye de septembre pour les contractuels :


Une collègue "contractuel" a reçu le mail ci-dessous :
Objet: Acompte paye mois de septembre


 Bonjour,


Je vous remercie de me transmettre par retour de mail le formulaire de demande d'acompte ci-joint avant le 28 septembre 14h00.
Sans retour du formulaire d'acompte vous ne percevrez aucune rémunération pour le mois de septembre. La prochaine paye s'effectuera fin octobre.

Ce mail a été envoyé le 27 septembre à 15h05.

Elle a, heureusement, consulté ses mails à temps et a pu répondre dans le délai imparti.
Vous comprendrez, j'en suis persuadé, que ce délai (moins de 24 heures) n'est pas correct.

 

Nous vous demandons de faire en sorte que cet état de fait ne puisse plus se reproduire. L'Education nationale doit montrer de la considération pour ces personnels.

 


2. Problème de versement de la prime REP+ de septembre


Certains enseignants REP+ n'ont pas reçu leur prime REP+ de septembre. Après contact auprès de vos services, il leur a été répondu : "Il n'y a pas à proprement parler d'erreur. L'indemnité REP+ fait l'objet d'une vérification de notre part,
vérification qui ne peut être faite avant la paye d'octobre. Le rappel sera fait sur le traitement d'octobre 2021. Cordialement".

Nous nous étonnons que ces vérifications n'aient pas pu être réalisées après le mouvement 2021.


Nous vous demandons, à l'avenir, que ces vérifications se fassent en amont ou si cela n'est pas possible de prévenir les enseignants concernés dès la rentrée. Il n'est pas admissible qu'ils soient mis devant le fait accompli. Encore une fois, il s'agit de respect et de considération.
 

Je vous prie de bien vouloir accepter mes très respectueuses salutations.
 

Matthieu Verdier
Secrétaire académique du SNE Occitanie

La DIPER nous a répondu rapidement en nous assurant que ces dysfonctionnements n’avaient rien à voir avec un manque de respect envers les enseignants mais qu’ils étaient ponctuels et à la marge.

 

Nous comprenons que l’urgence de certaines situations puisse conduire à un stress des personnes en charge des dossiers et donc à un discours éventuellement abrupt.

 

Nous espérons vivement que ce genre de message (cas 1) sera un cas isolé et ne se reproduira plus.

 

Nous demandons, pour le cas 2, de prévenir les enseignants concernés le plus tôt possible.

Matthieu Verdier